Nous utilisons des cookies afin de fournir la meilleure expérience web possible. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés notamment à vous offrir des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts ainsi qu’une navigation plus agréable. Si vous souhaitez les désactiver, nous vous invitons à changer les paramètres de votre navigateur Internet. Pour en savoir plus et gérer ces paramètres, veuillez consulter notre politique relative aux cookies.
Avenue de Tervueren 2361150 Bruxelles
+32 2 771 43 79

ALLERGIE AUX POLLENS : DETECTER ET SOULAGER

[22-03-2018] ALLERGIE AUX POLLENS : DETECTER ET SOULAGER

Allergie aux pollens : la détecter et la soulager

L'allergie aux pollens est provoquée par le pollen des arbres, des herbacées et des graminées.

Plus fréquente à certaines périodes de l’année (lors de la floraison, au printemps par exemple), ce type d’allergie est en augmentation au sein de la population.

Quels sont les symptômes ?

Les principaux symptômes des allergies aux pollens sont les démangeaisons du nez, du palais, et des oreilles, les éternuements répétés, un nez qui coule ou qui est bouché, des yeux qui larmoient ou qui chatouillent...

A noter cependant qu’une allergie aux pollens peut aussi se manifester par d’autres symptômes tels qu’un urticaire ou un asthme et qu’elle peut être associée à d’autres allergies : on parle alors d’allergies croisées, principalement avec les fruits et légumes crus.

Si tel est le cas, une personne sensibilisée aux pollens de bouleaux par exemple, ressentira des démangeaisons très fortes ou un œdème de la bouche, lorsqu’elle mangera une pomme (fruit avec allergie croisée au bouleau) durant la saison de pollinisation du bouleau.

Comment diagnostiquer l’allergie avec certitude ?

L’allergie aux pollens peut être facilement et rapidement diagnostiquée par le médecin ORL.

Comme premier outil diagnostique, le médecin peut demander une prise de sang, avec dosage des IGE (immunoglobuline E, un anticorps produit lors d’un contact avec un allergène) et des RASTs (éléments qui permettent de déterminer à quelle(s)substance(s) une personne est allergique).

Cependant, le moyen le plus précis est souvent d’effectuer directement des tests épicutanés appelés " prick tests ".

En pratique, il s’agit de faire pénétrer dans la peau, à l’aide d’une mini griffe, des minuscules gouttes d’éléments allergisants. Le médecin observe ensuite s’il y a ou non présence d’une réaction cutanée (rougeur et papule).

Ces tests permettent de déterminer avec précision à quel type de pollen ou autre pneumo-allergène une personne est sensibilisée et ainsi de la mettre en garde sur les périodes à risque (période de floraison des éléments incriminés).

D’autre part, ces tests sont aussi utiles si on désire entamer un traitement désensibilisant.

Attention : pour être valides, ces tests ne peuvent être réalisés qu’en dehors de la prise de tout anti-histaminique. Tout médicament anti-allergique doit donc être arrêté au moins 7 jours avant le prick-test.

A noter que le prick test peut être réalisé durant toute l’année, et donc aussi en dehors des périodes à risque allergique (en hiver par exemple).

Que faire ?

Pour mieux supporter les symptômes allergiques, des mesures simples peuvent s’avérer utiles :

Se rincer les cheveux le soir afin d’éviter aux pollens de se déposer sur l’oreiller.Porter des lunettes solaires. Aérer la chambre tôt le matin et préférer les activités en plein air à ce moment-là de la journée, lorsque le taux de pollens est plus faible.Ne pas sécher son linge à l’extérieur.Eviter de fumer, le tabac aggravant les réactions allergiques.Absorber des médicaments anti-histaminiques (sur prescription médicale).

Et après ? Les traitements désensibilisants

Les médicaments antihistaminiques aident à mieux vivre l’allergie durant les périodes critiques mais ils ne sont pas curatifs.

Si vous désirez diminuer efficacement voire supprimer totalement vos allergies aux pollens, le médecin peut vous proposer une cure de désensibilisation. Celle-ci consiste à exposer l’organisme à des toutes petites quantités de l’allergène en cause, soit par voie cutanée soit par voie sublinguale.

Peu à peu, les doses seront augmentées, ce qui permettra à l’organisme de ne plus considérer l’allergène comme un agresseur et dès lors de ne plus produire d’anticorps contre lui.

En général, la désensibilisation est un processus lent, qui dure de 4 à 5 années, les effets positifs du traitement se manifestant progressivement.

Si vous êtes intéressés par un dépistage ou par un traitement, consultez l’équipe ORL de Médicis.

Pour plus d’informations sur la présence, en temps réel, d’éléments allergisants dans l’air : consultez www.airallergy.be